Les projets internationaux

Depuis plusieurs année, le Théâtre des Petites Lanternes se démarque sur la scène internationale grâce à des projets audacieux. En effet, le TPL a présenté des productions sur 5 continents (Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe, Afrique et Asie) et dans plusieurs pays (France, Angleterre, Mali, RD Congo, Hong Kong, Brésil, Honduras, Salvador et Haïti).

Bien que plusieurs projets se soient inspirés de la démarche de la Grande Cueillette des Mots, nous avons jugé pertinent de donner une visibilité à part entière à nos projets se déroulant dans d’autres pays et sur d’autres continents, car ils ont une saveur toute particulière et enrichissent sans conteste notre pratique artistique ici au Canada. 

Suivez les dernières nouvelles sur facebook


Bongo té, tika!

Première représentation publique de Bongo, Té Tika!, le 9 février dernier à Kinshasa !
700 personnes étaient présentes à l’Institut Français – Halle de la Gombe pour l’occasion.

« Pas comme ça, arrête ! », telle est la signification de Bongo Té, Tika! en lingala. Cette pièce marque le début d’une grande campagne de sensibilisation sur les violences faites aux femmes. En effet, 80 autres représentations suivront dans différentes communes de la ville. « Le théâtre social a comme objectif d’utiliser l’art pour mettre de l’avant des enjeux sociaux sur lesquels une communauté veut se questionner et essayer d’amorcer une transformation » souligne notre directrice artistique, Angèle Séguin. Ainsi, la participation du TPL prend tout son sens !




La pièce est construite autour du recueil des impressions de 600 femmes et 210 hommes. Au total, ce sont 3200 pages de témoignages poignants qu’il a fallu synthétiser en vue de la transposition théâtrale. L’implication des artistes a été totale : « C’est une responsabilité pour nous artistes d’être des

Crédit-photo : Junior Kannah

caisses de résonance […] car si nous n’élevons pas la voix, personne ne le fera. » explique le metteur en scène Pascal Bukasa. Ainsi, après 2 années de travail entre le Québec et le Congo, le projet a finalement éclos le 9 février dernier. La pièce a attiré pas moins de 700 personnes. Au final, 40 000 personnes assisteront à la pièce d’après Oxfam-Québec. Au-delà des chiffres, l’important est que la lutte contre la violence envers les femmes persiste et que le message que nous avons souhaité véhiculer se répande au plus grand nombre.




Le projet réalisé par le Théâtre des Petites Lanternes en collaboration avec Oxfam-Québec et le Réseau des Femmes Chrétiennes Congolaises (RFCC), a bénéficié d’un très grand soutien. En atteste la présence de l’ambassadeur du Canada, Nicolas Simard, ici en discussion avec la ministre provinciale de l’Éducation, de l’Environnement et du Genre, madame Thérèse Olenga Kalonda. Les artistes congolais ont également pu faire la rencontre de la ministre canadienne du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau.

 


Lancement du projet

DSC_5123_web

Crédit-photo : Marianne Deschênes

Bongo té, tika! est un projet de cocréation et de coproduction internationale réalisé en collaboration avec Oxfam-Québec et porte sur la problématique des violences faites aux femmes en République démocratique du Congo (RDC).

S’échelonnant sur 2 ans, Bongo té, tika! vise à donner la parole aux femmes et aux hommes autour des violences faites aux femmes et aux filles. Oxfam-Québec met ainsi à profit sa grande expertise en matière de lutte contre les violences faites aux femmes; pour le bénéfice de ses partenaires, le Théâtre des Petites lanternes (TPL), l’Atelier Théâtr’Action, Oxfam en RDC et le Réseau des Femmes Chrétiennes Congolaises (RFCC).

Vidéos des partenaires terrain en RDC :


Le TPL qui en est à sa 3e aventure en terre congolaise – agit à titre de partenaire artistique et dirige la démarche de la Grande Cueillette des Mots. Dans le cadre du projet Bongo té, tika!, cette démarche artistique vise à donner la parole à plus de 600 femmes et 200 hommes. En RDC, où les violences prennent des formes insidieuses et s’immiscent dans tous les secteurs, la GCM permet de créer un contexte pour permettre aux femmes survivantes de prendre la parole et de « se dire ».

Il reviendra à Mme Angèle Séguin, directrice artistique du Théâtre des Petites Lanternes et directrice artistique du projet, de coécrire, avec Mme Marie-Louise Bibish Mumbu, auteure d’origine congolaise, le texte de la création qui s’inspirera de leurs mots. La pièce, coproduite par l’Atelier Théâtr’Action, sous la direction de José Bau Diyabanza sera mise en scène par Pascal Oshosho, metteur en scène congolais. À l’issue du projet en 2018, 80 représentations sont prévues.

Pour plus d’informations

Fiche descriptive du projet d’art social en RDC (OXFAM-Québec)
Fiche sur les violences faites aux femmes (OXFAM-Québec)


 

Sur la photo en début de page, première rangée, de gauche à droite : 
Angèle Séguin, directrice artistique du Théâtre des Petites Lanternes et co-auteure pour Bongo té, tika!
Sa petite-fille, Alicia.
Nicole St-Martin, vice-présidente du Théâtre des Petites Lanternes 
Marie-Louise Bibish Mumbu, auteure québécoise d’origine congolaise et co-auteure pour Bongo té, tika!
Denise Byrnes, directrice générale d’Oxfam-Québec

Deuxième rangée, de gauche à droite :
Nathaniel Allaire Sévigny, conseiller technique pour Oxfam à Kinshasa
Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie
Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke