Comment sont nées les lanternes de La Grande Cueillette des mots du Granit ?


Savez-vous que les lanternes participatives qui entrent dans la composition du décor de la pièce de théâtre ont été créées sur mesure pour la Grande Cueillette des mots du Granit, à la demande du comité de pilotage provenant du milieu ? En tant qu’artistes spécialisés dans les processus participatifs, nous avons eu l’immense privilège de se voir confier ce volet du projet. Cette aventure touchante qui nous aura grandi, nous l’avons abordée avec le plus grand des sérieux. Car bien au-delà du plaisir de créer, nous fûmes d’abord et avant tout investi d’un sens de responsabilité envers le respect du cheminement collectif des gens du Granit depuis la tragédie.

L’objectif était de réaliser un élément symbolique qui relie les municipalités de la région entres elles dans cette grande démarche. Chaque municipalité crée 2 lanternes. L’une sert de décor au spectacle avant de former une installation collective permanente à Lac-Mégantic, tandis que l’autre reste dans la municipalité en témoin de son appartenance et de sa solidarité.

Le concept de cristal proposé comme langage formel des lanternes a émané d’un désir de notre part de s’éloigner du stéréotype de la lanterne chinoise pour les rapprocher davantage d’un repère territorial identitaire de la région du Granit. Au fond, la terre, n’est-ce pas ce qu’il nous reste lorsque tout a brûlé ? Le sous-sol de cette région traversée par des montagnes Appalachiennes en pleine puissance regorge en effet d’innombrables richesses minérales dont le cristal est, parmi l’imaginaire, la représentation suprême. Pour nous, dans le projet de la Grande Cueillette des mots du Granit, les cristaux viennent évoquer les forces tranquilles qui nous relient ; l’énergie positive et bienveillante de nos meilleures pensées. Ces roches devenues lumineuses nous rappellent à leur façon le pouvoir incroyable que nous possédons, par delà les évènements qui nous secouent et secouent le monde, de transformer la poussière en clarté.

En somme, la lumière-cristal, c’est la lumière des gens et des communautés du Granit sur ce qui les entourent. C’est le symbole de l’espoir qu’ils peuvent apporter, à travers leurs gestes quotidiens et leur travail, à bâtir un monde qui vaut la peine.

De plus, parce que les cristaux sont toujours eux-mêmes composés de cristaux, ce symbole est aussi une invitation à s’unir. Une fois réunies, le tout forme un ensemble encore plus majestueux que la somme des lumières que chaque communauté apporte. C’est pour cette raison que les lanternes-cristaux de chaque municipalité ont toutes la même géométrie, comme les cristaux dans la nature. Elles possèdent intrinsèquement le pouvoir d’aller ensemble.

Toutefois, elles n’ont pas la même couleur, la même vibration. Et ce fut le rôle des participants aux ateliers de co-création des lanternes d’apporter l’empreinte de leur vie sur la lumière, la vibration de leur communauté. Et la lumière d’une communauté, c’est avant tout la vibration de chacun.

Les citoyens de chacune des 20 municipalités ont donc eu le rôle de réaliser le motif principal à travers duquel la lumière de leur lanterne passe : c’est-à-dire la « peau » de leur lanterne.

Il aurait été possible de travailler sous forme de mosaïque où chacun peint un morceau de l’ensemble, mais nous cherchions un processus plus collectif où la création est vécue comme un moment de partage et de rapprochement plutôt qu’un exercice individuel. Tous ont donc travaillé sur une même pièce de 120 cm par 90 cm devant éventuellement envelopper leur lanterne.

Derrière ce tableau, se trouvait en transparence, la carte de leur municipalité. L’exercice a été guidé par un ensemble de 30 questions où les participants devaient répondre à chacune en dessinant directement sur la pièce finale déposée à plat sur le tableau. On demandait par exemple : « dessinez le trajet entre votre maison et celle d’une personne que vous côtoyez, un ami ou un parent ». S’en suivait un empilement de réponses selon des techniques choisies sous la direction socio-artistique des animateurs.

Ces lanternes sont ainsi devenues des petites anthologies de la vie de chacune de ces municipalités ; avec leurs lots d’histoire de pêche, de souvenirs d’amoureux, de soirées entre amis, de balades dans les bois, de vacances au chalet et de trajets quotidiens. Au final, la carte aura complètement disparue. Seules les traces subsistent et forment l’essence du lieu dans une enveloppe de mystère et de lumière que le cristal sait si bien allier.

En somme, les lanternes participatives de la Grande Cueillette des mots du Granit sont du vécu mis en lumière. Et cette lumière, c’est aussi nous qui l’avons reçue. Merci aux participants pour leur partage et leur enthousiasme réconfortant d’humanité.


Joël Larouche et Chloé de Wolfe, Marvayus

2 commentaires

  1. Comment sont nées les lanternes de La Grande Cueillette des mots du Granit ?

    Très touchant comme texte. Par son contenu, vous démontrez à quel point vous avez saisi toute la subtilité du message et du symbole à créer. Merci pour votre généreuse sensibilité !!!

  2. Comment sont nées les lanternes de La Grande Cueillette des mots du Granit ?

    Merci à vous pour avoir compris l’essence même de ce que nous avons cherché à conceptualiser. Merci aussi à toutes les personnes qui, dans chaque municipalité, ont participé à cette exercice de création artistique et poétique. Chacun en est reparti heureux, étonné même de s’être abandonné pendant quelques heures au plaisir de se remémorer des périodes de sa vie profondément associées à leur ville ou village. Ce fut aussi de beaux moments de partage entre gens de tous âges. Quelle belle expérience pour nous tous!

Laissez un commentaire