Une expertise artistique sherbrookoise exportée en RDC


Sherbrooke, le 28 avril 2016 – Le Théâtre des Petites Lanternes (TPL) et Oxfam-Québec sont heureux d’annoncer la mise sur pied de Bongo té, tika!, un projet de cocréation et de coproduction internationale sur la problématique des violences faites aux femmes en République démocratique du Congo (RDC).

Le projet

S’échelonnant sur 2 ans, Bongo té, tika! vise à donner la parole aux femmes et aux hommes autour des violences faites aux femmes. C’est le processus de création et de participation citoyenne, unique au TPL, qu’est la Grande Cueillette des Mots (GCM) qui intéresse Oxfam-Québec. Si le choix de l’ONG s’est posé sur le TPL, cela n’est pas le fruit du hasard, mais celui d’un apprivoisement mutuel de longue date. Comme le précise Denise Byrnes, directrice générale, « Oxfam-Québec innove depuis plusieurs années en misant sur le pouvoir de transformation sociale de l’art en développement international. Notre organisation mène des projets en art social dans plusieurs pays, notamment en Haïti depuis 2010 avec le TPL. » Oxfam-Québec a une grande expertise en matière de lutte contre les violences faites aux femmes; expérience qu’elle met à profit avec le TPL et le Réseau des Femmes Chrétiennes Congolaises (RFCC).

La démarche artistique

Le Théâtre des Petites Lanternes, qui possède une vaste expérience sur le plan international – étant d’ailleurs à sa 3e aventure en terre congolaise – agira à titre de partenaire artistique et dirigera la démarche de la Grande Cueillette des Mots. Dans le cadre du projet Bongo té, tika!, cette démarche artistique vise à donner la parole à plus de 600 femmes et 200 hommes. En RDC, où les violences prennent des formes insidieuses et s’immiscent dans tous les secteurs, la GCM permet de créer un contexte pour permettre aux femmes survivantes de prendre la parole et de « se dire ».

Il reviendra à Mme Angèle Séguin, directrice artistique du Théâtre des Petites Lanternes et directrice artistique du projet, de coécrire, avec Mme Marie-Louise Bibish Mumbu, auteure d’origine congolaise, le texte de la création qui s’inspirera de leurs mots. La pièce, coproduite par l’Atelier Théâtr’Action, sous la direction de José Bau Diyabanza sera mise en scène par Pascal Oshosho, metteur en scène congolais, et sera présentée à de multiples reprises à l’issue du projet en 2018.

Sur le terrain

Le travail du TPL en RDC sera facilité par la présence d’un de ses acolytes, Nathaniel Allaire Sévigny, coordonnateur de projet au TPL depuis maintenant 8 ans. M. Sévigny a en effet été embauché en tant que conseiller technique par Oxfam-Québec, qui est présente en RDC depuis 1999. Il devra particulièrement s’assurer de la coordination des différents éléments sur le terrain entre l’équipe de Sherbrooke et celle de Kinshasa pour la bonne marche du projet.

Source :

Marie-Soleil Pinsonnault, adjointe à la direction
819 346-4040 | communications@petiteslanternes.org

Crédit-photo : Marianne Deschênes
Sur la photo : 
Première rangée, de gauche à droite : 
Angèle Séguin, directrice artistique du Théâtre des Petites Lanternes et co-auteure pour Bongo té, tika!
Sa petite-fille, Alicia.
Nicole St-Martin, vice-présidente du Théâtre des Petites Lanternes 
Marie-Louise Bibish Mumbu, auteure d’origine congolaise et co-auteure pour Bongo té, tika!
Denise Byrnes, directrice générale d’Oxfam-Québec

Deuxième rangée, de gauche à droite :
Nathaniel Allaire Sévigny, coordonnateur de projet au Théâtre des Petites Lanternes et conseiller technique pour Bongo té, tika!
Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie
Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke

Aucun commentaire pour l'instant.

Laissez un commentaire